Campagne 224

 

1         Le sort des armes

1.1        Antigonos Nicator. Acte I. L’invasion de la Péonie

Dès les premiers bourgeons, chacun savait que les armées du royaume du Bosphore victorieuses en Thrace l’année dernière iraient porter la mort dans le reste du territoire macédonien. Antigone est le dernier rempart pour contrer les troupes de Leukôn. L’invasion vint effectivement au nord d’abord en Péonie mais également en Chalcidique. Abandonnant les riches mines de Pangée, le roi macédonien choisit de protéger la Péonie en premier lieu. Etrange choix : en dépit des origines troyennes qu’Hérodote leur prête, les Péoniens restent un peuple barbare proche des Thraces. Ils élèvent certes de bons chevaux dans la vallée du Strymon mais rien qui ne puisse rivaliser avec la richesse de Chalcidique.

 

La très puissante armée macédonienne s’établit près de la petit cité de Pautalia. Les soldats antigonides étaient dix fois plus nombreux que les habitants de la cité : Des phalangites macédoniens, de la cavalerie thessalienne mais aussi péonienne et grecque et de nombreux mercenaires étoliens et acarnaniens. Il fallait aussi compter les marchands et les filles de joie qui suivaient la troupe. Parmi ces filles, de belles Sarmates totalement dévouées à Leukôn, avaient réussi à insuffler la peur de la cavalerie scythe aux soldats… Ceci devait encore leur trotter dans la tête, quelques jours plus tard, près du Lac de Prasias, quand ils observèrent les mouvements ennemis. Heureusement pour eux, Iritate fer de Lance n’avait pas avec lui l’élite de la cavalerie scythe. Ses Sarmates étaient courageux mais frustes.

 

Sans feinte aucune, le chef spartocide lance ses hommes contre la masse très supérieure des Antigonides. Un tiers meurt sous les javelots et les flèches. Un autre tiers s’empale sur les Sarisses dont Iritate fer de lance désormais bien nommé. Le dernier tiers se noie dans le lac en cherchant à échapper à leur sort. La victoire totale du Lac de Prasias stupéfia le monde et porta haut le nom de la dynastie antigonide, digne descendante de Philippe II et d’Alexandre III.

1.2        Antigonos Nicator Acte II Foudre sur les Dardaniens

Comment font-ils ces barbares pour revenir toujours plus nombreux de leur maigre pays ? La question se pose pour les plus sales d’entre eux, les répugnants Dardaniens. On se souvient pourtant que ces nuisibles avaient été étrillés par Antigone Dogon il y a quatre ans en Péonie. Plusieurs milliers d’entre eux se sont pourtant mis en route cet été pour la Chalcidique et ses trésors, profitant du chaos de la guerre entre les deux royaumes rivaux. Certains esprits chagrins se demandèrent pourquoi Antigone ne laissa pas Skilour se dépêtrer face à Rhémaxos et ses guerriers puants. Est-il si fin stratège que ça, le vainqueur du Lac de Prasias? Bien sûr qu’il est bon, la preuve : encore sous l’euphorie de la victoire, les Grecs foncèrent sur les colonnes de Dardaniens. C’était à qui vengera le plus clairement la mort de Démétrios II le prédécesseur de Doson Nicator. Rhémaxos, un être proche de l’animal fut lui-même terrassé par Isocrate, un jeune éphèbe athénien qui faisant partie du contingent envoyé par Aratos. Aucun Dardanien ne reverra sa tanière ! Ce second triomphe donna des ailes à Antigonos. Il était prêt à affronter son redoutable adversaire, Skilour cou de Taureau.

1.3        Antigonos Nicator Acte III. Le duel

Cette fois, même dotée des meilleurs contingents de Grèce et de Macédoine, l’armée antigonide devait affronter la fine fleur de la cavalerie scythe. Dans la phalange, l’ambiance était morne, les cris de guerre peu convaincants sous la pluie froide.

Paraphrasant Xénophon s’adressant à l’armée des Dix-mille, Antigonos harangua ses troupes :

« S’il y en a parmi vous qui se découragent parce que n’avons pas de cavalerie tandis que l’ennemi en a une nombreuse, réfléchissez que 10 000 cavaliers ne sont que 10 000 hommes : jamais personne, en effet n’a péri dans une bataille ni d’une morsure, ni d’un coup de pied de cheval ; ce sont les hommes qui font les blessures. Suspendus sur leurs chevaux, eux, ils ont peur, non seulement de nous, mais aussi de tomber ; nous au contraire, solidement campés à terre, nous pouvons frapper plus fortement qui nous approche et viser plus sûrement où nous voulons. Sur un point seul, les cavaliers ont l’avantage : la fuite a pour eux moins de dangers que pour nous. »

 

Ce discours simple (et faux puisque la cavalerie thessalienne valait bien la Scythe) entra dans la caboche des paysans macédoniens des premiers rangs et revitalisa la troupe. Antigonos avait bien choisi le lieu de la rencontre, une terre grasse que les premières pluies avaient rendue glissante. La phalange d’une profondeur de seize rangs composée de Grecs et de Macédoniens marcha d’abord très lentement. Skilour vit que sa cavalerie ne parviendrait pas à contourner rapidement par la gauche le corps principal ennemi en raison de l’état du terrain et de la présence de la cavalerie ennemie. Il laissa donc avancer la masse adverse et positionna quelques Taures pour faire croire à une position molle et facile à vaincre. La phalange sûre de l’issue s’avança alors beaucoup trop et fut sur le point de perdre sa structure. Antigone frappa son cheval et prit le risque inouï de passer entre ses hommes et les Taures en fuite. Là, il domina ses hommes et leur intima l’ordre de stopper leur avance et d’attendre que les ailes reviennent à bonne hauteur. Skilour changea alors de méthode et fit mine de se retirer de manière à attirer l’ennemi puis par une volte-face de les réduire avec ses Scythes. Le plan marcha à la perfection. Trop bien en fait. Les Grecs de Panticapée, des hoplites déjà fatigués par des heures de combat, furent terrorisés par le départ de leur chef. Ils se rendirent en masse. Les Scythes eux-mêmes, inquiets du sort réservés à leurs frères du Lac de Prasias puis aux Dardaniens, crurent aussi que la retraite était décidée et ils se divisèrent en plusieurs bandes selon leurs tribus d’origine. La contre-offensive de Skilour tourna donc court et les meilleurs cavaliers tombèrent contre les descendants de Xénophon. Skilour fait prisonnier, fut lui-même éliminé dans la nuit d’un coup de masse sur le crâne. Privé de toute force militaire importante à l’ouest du Pont-Euxin, Leukôn n’en avait pourtant pas fini avec cette désastreuse campagne…

1.4        Pharnace contre les nouveaux Argonautes

Dioscourias en Colchide. C’est de ce fort fondé par les Milésiens à l’endroit même où Jason débarqua avec ses compagnons que Leukôn II part chercher sa toison d’or. Son instinct lui dicte d’aller la quérir dans le riche pays des mythiques amazones. En fait d’amazones, c’est l’armée mithridatide de Pharnace que le nouvel Argonaute trouve sur sa route. Le jeune roi marqué au plus prêt par le vieil Achaios arrive cependant exténué de Commagène et l’engagement ne tourne pas en sa faveur. Il lui faut toute son énergie pour repartir à l’offensive deux mois plus tard et remporter avec ses chars à faux une belle victoire près de Comana. Jason-Leukôn devra donc repartir se faire consoler par Médée en Colchide.

1.5        Pachydermes dans la steppe

Le noble Erbatizane a traversé les steppes désertiques jusqu’à la verdoyante vallée du Margus. L’opposition n’y fut pas humaine mais divine : les éléphants amenés du Gandhara ont beaucoup souffert de ce périple sur cette terre délaissée par les Dieux. Le jeu en valait la chandelle toutefois : Arrivés devant les murailles arrondies en terre sombre d’Antioche de Margiane, les éléphants furent tout bonnement lancés à toute allure contre les portes de la ville qui n’étaient bien sûr pas protégés contre de telles attaques massives. En deux petites heures, la garnison fut éliminée, les femmes tourmentées et les hommes battus ou tués. Un mois plus tard, Erbatizane repartit au septentrion pour soumettre les Parnes de Chorasmie encore attachés à Arsace. Nul doute que les éléphants n’auront pas de mal de crâne cette fois-ci car nulle porte ne protége les campements des nomades.

 

Alors que Satibarzane terrorise les Arsacides en Hyrcanie, le roi Euthydème continue sa difficile campagne en Drangiane. Voilà six mois maintenant qu’il patauge dans cette satrapie rébarbative. Est-ce la médiocrité même de l’adversaire qui l’empêcha encore de conclure pendant six autres mois ? Comme si cette bande de pauvres ères dépenaillés, faiblement armés mais très indociles était indigne de son rang ?

1.6        Appolonios a une dent contre la Carie.

A Halicarnasse, patrie d’Hérodote l’historien, on a bonne mémoire et on ne la leur fait pas : « Memnon, l’amiral de la flotte de Darius III était déjà un Rhodien. C’est dire. Rien à attendre de cette sale engeance qui assiège la cité. D’abord le vin rhodien, il est coupé à l’eau de mer, c’est connu. Totalement différent du nectar qui coule de nos vignes cariennes. D’accord, quand il n’est pas dilué largement, il est un peu raide notre vin mais au moins c’est pas pour les eunuques. D’ailleurs, y paraît qu’Appolonios y aurait goûté et qu’il en aurait suffoqué tellement que c’est corsé. Depuis il reste sur sa couche. Toute cette histoire d’accident de stade, c’est des blagues, moi, je vous le dis. Dire que c’est lui qui va bientôt faire la pluie et le beau temps en Carie. Ça me dépasse.»

 

Des astrologues babyloniens avaient prédit à Appolonios une saison extraordinaire. Les astres ne peuvent mentir. Après cette ennuyeuse campagne carienne, le grand stratège des Rhodiens attendait donc le signe. Il vint directement de la cité de la rose : la flotte lagide était apparue tranquillement à l’horizon. Les guetteurs sur le colosse savaient vaguement que les marins de Ptolémée devaient faire relâche chez leurs alliés rhodiens. Rien d’étonnant à ce qu’ils débarquent en masse l’air joyeux. Quand même, au lieu d’aller directement vers les lupanars et les tavernes comme d’habitude, les voilà qui s’avancent, décidés, vers l’agora…Agitations, tumultes, cris et panique ! La garnison retranchée dans la citadelle près du port ne se rend pas mais les entrepôts et la ville sont pillés par ces traîtres lagides.

 

Pendant ce temps là, la flotte rhodienne liquidait les pirates dans les Cyclades pour assurer un commerce prospère à leur bonne cité…  Quelle ironie ! Les ports de la Grèce sont désormais prêts à recevoir et expédier les cargaisons d’un commerce rhodien totalement annihilé par l’invasion lagide.

 

La nouvelle de l’attaque contre Rhodes jette un froid pour les nombreux Hellènes dont l’île faisait la fierté mais elle montre que les Cariens n’étaient pas les seuls à être méfiants ou jaloux du succès de la république. On se souvint alors que les Alexandrins avaient  nommé « Antirhodos » leur petite île ornée de palais cossus nichée dans le grand port en face de la Bibliothèque, signe indiscutable de la rivalité entre les deux cités. Et ce discobole maladroit de Messène ? Etait ce vraiment un accident ?

1.7        Guerre syrienne : Victoire de Ptolémée ?

L’année 88 de l’ère séleucide n’est pas un bon cru. Pas du tout. En deux grandes batailles rangées, la Tétrapole syrienne, le cœur de l’empire vient de passer dans l’orbite lagide. La cour séleucide a évacué Antioche en toute hâte pour une destination inconnue.

 

Il y a quelques mois, le divin Sénéchal avait pourtant démontré la perfection de l’entraînement de l’armée de Syrie en battant son adversaire de toujours, l’ambitieux Archélos de Philadelphie qui avait cru pouvoir corrompre les soldats ennemis. Sans succès. La multitude ptolémaïque avec ses éléphants africains, sa cavalerie nubienne et ses clérouques, était restée sur le terrain ou avait fait retraite en bonne ordre mais la tête ou la trompe basse.

Ptolémée III, fou de dépit, envoya alors une armée presque complètement composée de mercenaires grecs, en particulier des Lacédémoniens et des Crétois excités par une prime bien grasse en cas d’extermination des Séleucides. Le divin Kontarkos avait lui aussi des troupes très composites avec en particulier un contingent galate extrêmement féroce et agressif, placé, pour cette raison, sur l’aile gauche, à l’écart des peuples orientaux et des colons macédoniens.

 

La bataille d’Apamée fut une effroyable boucherie. Le terrain plat et la faiblesse de la cavalerie favorisaient un choc frontal des phalanges. A ce jeu, c’est du tout ou rien. Ce fut la phalange séleucide qui céda et qui se disloqua, prélude à une embrochage cyclopéen. On dit qu’un vulgaire serpent qui avait mordu un phalangite séleucide du troisième rang fut à l’origine de la panique et donc de ce désastre militaire. Un serpent semblable à l’ureus qui orne la double couronne millénaire du pharaon Ptolémée III.


2         Résumé des ordres

2.1        Royaume lagide

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Flotte mouillant dans le golfe de Salamine commandée par Moschion de Priène

Printemps

C Golfe de Salamine

ok

Eté

C Mer Rhodienne

ok

Automne

A Armée de Philoctès

ok

Armée de Phénicie commandée par  Archélos de Philadelphie

Printemps

M Syrie

Echec de la tentative de corruption. Défaite face à Kontarkos. Retraite en Transjordanie.

Eté

D0

 

Automne

D0

 

Armée commandée par Philoctès de Tyr embarquée sur la flotte du golfe de Salamine

Printemps

C Golfe de Salamine

 

Eté

C Mer Rhodienne

 

Automne

A Rhodes

Rhodes ravagé

Armée de Phénicie commandée par Plexiglas de Thèbes

Printemps

D3

 

Eté

M Syrie

Victoire sur Kontarkos de Doura. Syrie ravagée

Automne

P

Victoire totale sur Kontarkos de Doura. Syrie pacifiée.

 

2.2        Royaume antigonide

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée de Chalcidique commandée par le roi Antigone Doson

Printemps

M Péonie

Victoire totale sur les Gréco-Scythes d’Iritate fer de Lance en dépit de la corruption de l’armée. Antigone III Doson compte désormais au nombre des stratèges de renom.

Eté

M Chalcidique

Victoire totale sur les Dardaniens puants de Rhémaxos !!!

Victoire totale sur Skilour cou de Taureau !!!

Automne

D0 (ordre F impossible !!!)

Repos du guerrier

 

2.3        Royaume séleucide

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée de Susiane commandée par le Sace Mekdès Kommandos

 

Printemps

M Médie

 

Eté

M Mésopotamie

 

Automne

M Arménie

 

Armée de Syrie commandée par le Grand et divin sénéchal des armées du roi, Kontarkos de Doura-Europos

Printemps

D1

Victoire sur Archélaos de Philadelphie

Eté

D1

Défaite face à Plexiglas. Retraite en Parapotamie

Automne

D1 : M Syrie

Désastre et mort du divin Kontarkos

Armée de Cilicie commandée par Hamtahk le galate

 

Printemps

M Lycaonie

Lycaonie ravagée

Eté

P

Echec

Automne

P

Echec

 

2.4        Ligue achéenne

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée en Attique commandée par le strategos de la ligue Aratos.

Printemps

D0

Protection efficace contre les pirates crétois

Eté

D0

Protection efficace contre les pirates crétois

Automne

D0

 

2.5        Parthes arsacides

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée en Perside commandée par Tiridate

Printemps

P

Perside pacifiée

Eté

D0

 

Automne

D0

 

 

2.6        République rhodienne

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Flotte mouillant en mer rhodienne commandée Clitus de Cnide

Printemps

F Flotte pirate des Cyclades

Victoire sur les pirates crétois en Cyclades

Eté

N Attique

Défaite face aux pirates en Attique

Automne

N Attique

Victoire sur les pirates crétois en Attique

Armée de Carie commandée par le strategos élu Appolonios

Printemps

P

Echec. Carie ravagée

Eté

P

Carie Pacifiée

Automne

M Pisidie

Pisidie ravagée

 

2.7        Royaume du Bosphore

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée de Thrace commandée par Skilour-cou-de-taureau

Printemps

M Chalcidique

Chalcidique ravagée

Eté

P

Désastre face à Antigonos. Skilour meurt avec ses troupes !!

Automne

-

 

Armée de Thrace commandée par Iritate fer-de-lance

Printemps

M Péonie

Corruption réussie de l’armée antigonide qui n’empêche pas la victoire totale d’Antigonos. Iritate et son armée sont annihilés.

Eté

-

 

Automne

-

 

Armée de Colchide commandée par le roi Leukôn II

Printemps

M Pont

Victoire sur Pharnace du Pont en dépit de la corruption. Pont ravagé

Eté

P (Pont)

Défaite face à Pharnace. Retraite en Colchide (retraite en Arménie souhaitée non prioritaire)

Automne

D0

 

 

2.8        Ligue pontique

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Flotte en Mer Egée commandée par Néoptolème de Chalcédoine

Printemps

D0

 

Eté

D0

 

Automne

D0

 

Armée de Bithynie commandée par le redouté roi Prusias Ier

Printemps

D2 : M Détroit contre les Thraces

Victoire sur les Thraces de Bremnos qui se retirent chez eux.

Eté

D2 : M Bithynie contre Pergame

 

Automne

D2 : M Phrygie contre Pergame

Victoire sur Libidos qui retraite en Mysie

 

2.9        Arabes nabatéens & gerrhéens

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée en Babylonie commandée par le roi Arétas

Printemps

D2

 

Eté

D2

 

Automne

D2

 

Armée en Arabie Pétrée commandée par Cléon de Sélinonte

Printemps

D2

 

Eté

D2

 

Automne

D2

 

 

2.10    Pergame attalide

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée de Mysie commandée par le redouté Libidos de Chénê

Printemps

D0

 

Eté

M Phrygie Hellespontine

Phrygie Hellespontine ravagée

Automne

P

Défaite face à Prusias et retraite en Mysie

Armée de Galatie commandée par le satrape Eumène II de Pergame

Printemps

D0

 

Eté

M Paphlagonie

Paphlagonie ravagée

Automne

M Galatie

 

Armée en Ionie commandée par le poète et ami du roi Callypigos

Printemps

D1

 

Eté

D1

 

Automne

D1

 

2.11    Royaume gréco-bactrien

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée en Drangiane commandée par le satrape Euthydème de Bactriane

Printemps

P (3ème saison)

Drangiane ravagée. Echec

Eté

P

Réussite. Drangiane pacifiée

Automne

D1

 

Armée en Parthyène commandée par le redouté Satibarzane

Printemps

M Hyrcanie

Hyrcanie ravagée

Eté

P

Hyrcanie pacifiée

Automne

D1

 

Armée en Parthyène commandée par le noble Erbatizane

Printemps

M Margiane

Margiane ravagée

Eté

P

Margiane pacifiée

Automne

M Chorasmie

Chorasmie ravagée

2.12    Royaume du Pont

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée de Commagène commandée par son roi Pharnace assisté d’Achaios

 

Printemps

M Cilicie annulé

Défense du Pont suite à l’invasion spartocide par Leukôn II

Réussite de la corruption de l’armée spartocide. Défaite face à Leukôn. Retraite en Commagène.

Eté

M Pont

Victoire sur Leukôn II

Automne

M Commagène

Ok

 

2.13    République romaine

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée de Grande Grèce commandée par Cneius Fuluius Centumalus

 

Printemps

D0

 

Eté

D0

 

Automne

D0

 

Flotte de mer Adriatique commandée par Lucius Postumius Albinus

Printemps

D0

 

Eté

D0

 

Automne

D0

 

2.14    Barbares et pirates en maraude

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Thraces de Bremnos dans le détroit du Bosphore

 

Printemps

D0

Défaite face à Prusias de Bithynie .

Eté

-

 

Automne

-

 

Pirates crétois en embuscade sur le littoral attique commandés par Epigénès de Hiérapytna

Printemps

R

La présence de l’armée achéenne empêche le pillage de l’Attique

Eté

R

Victoire sur la flotte rhodienne mais l’armée achéenne empêche encore le pillage de l’Attique

Automne

-

Elimination des pirates par la flotte rhodienne

Pirates crétois pillant les îles des Cyclades commandés par Appolophanès le stoïque

Printemps

R

Elimination des pirates par la flotte rhodienne

Eté

-

 

Automne

-

 

Puants dardaniens de Rhémaxos saccageant la Chalcidique

 

Printemps

-

 

Eté

D0

Désastre face à Antigonos !

Automne

-

 

3         Coups du destin et routes coupées

On a dit que c’est parce que les Alexandrins grecs ont commencé à adopter les mœurs barbares des Egyptiens, en particulier en ce qui concerne l’embaumement des défunts, que l’épidémie a frappé aussi durement la splendide mégalopole lagide. Quoiqu’il en soit, quand les morts couverts de pustules se comptaient par centaines sur la voie canopique, les familles sont retournés à des inhumations ou des crémations traditionnelles et surtout beaucoup plus rapides.

Alors que la maladie frappait depuis plusieurs semaines, Erasistrate, le célèbre médecin alla voir Ptolémée, réfugié juste à temps à Lycopolis avec la famille royale. Son idée était de bâtir une gigantesque maladrerie en granit en amont du fleuve et de dépenser sans compter (mais en fait 200 talents suffiront) pour y soigner les malades. Mais le véritable coup de génie d’Erasistrate fut d’appeler à l’aide les meilleurs médecins hellènes et de les attirer en leur donnant un droit inaliénable de dissection sur les victimes de tout âge et de tout sexe. Dès lors, en quelques mois, les experts les plus prestigieux quittèrent les excellentes écoles de Cos ou de Crotone pour s’établir à Alexandrie du Nil.

Certes, la variole tua encore longtemps les portefaix du port, les souffleurs de verre et les trempeurs de papyrus mais le prestige du roi, protégé d’Esculape et divin mécène, sortît affermi de l’épreuve en dépit de la terreur et de la misère qui régnaient alors en basse Egypte. Evergète, bienfaiteur de tes sujets, ô grand Ptolémée, sois remercié de tes bontés, devint la formule rituelle devant le roi.

 

 

Les Parthes qui s’étaient révoltés contre l’autorité séleucide acceptent enfin la supériorité hellène. Certes Tiridate continue de fouiller les vénérables cités perses – qui se sont rendues sans attendre - pour pouvoir payer ses hommes mais au nord, Arsace Ier fait amende honorable en remettant la Médie Atropatène et l’Arménie à Séleucos II, des satrapies que même Séleucos le fondateur n’avait pas soumises ! En échange, Arsace est nommé officiellement Epistate d’Hyrcanie. Nul doute que le chef déchu a été très honoré quand il apprit la nouvelle en fuyant Zadracarta en flammes. En attendant, Persépolis, la grande cité achéménide incendiée par Alexandre reprend rang de capitale arsacide. Un Iranien règne de nouveau en Perside ! Le principal comptoir du royaume est Séleucie du Tigre en territoire nabatéen.

 

Qui se battrait pour la Pisidie, un petit morceau du Taurus surtout si loin des bases séleucides ? Pas Séleucos II qui fait don de ces terres, de ces villages avec leurs paysans et de ces quelques cités de seconde catégorie à Eumène II de Pergame qui saura les mettre en valeur et maintenir la sécurité pour le commerce qui traverse ces montagnes puis le plateau anatolien. Le saura-t-il vraiment ? C’est à voir puisque les mercenaires rhodiens vivent sur la population pisidienne depuis le début de l’automne sans réaction particulière de l’Attalide… Il est vrai qu’Eumène II est déjà fort occupé à laminer les ressources de la ligue pontique en Phrygie hellespontine et en Paphlagonie.

 

La mode est décidément à la cession territoriale. En l’absence de son maître, Héraclidès d’Acanthos, le diocète d’Antigonos est allé négocier à Aegion l’adhésion de la confédération thessalienne à la ligue achéenne. Accompagné des ambassadeurs des principales cités thessaliennes, l’officiel macédonien a été ovationné comme jamais l’avait été un macédonien avant lui. Une ovation sincère de surcroît.

 

Parfois, les dieux sont cléments. Ainsi cet automne on ne signale aucune catastrophe majeure dans l’oekoumène. Si, il y a bien cette caravane gérrhéenne perdue corps et biens dans les sables du désert… Une preuve de l’impiété du chef de Gerrha ?

4         Qu’est ce qu’on gagne ?

Antigone est le nouvel Achille. Sa triple victoire totale sur les barbares et les Gréco-Scythes lui donne une aura militaire inégalée. 3 points de prestige.

Ptolémée est à l’honneur dans les discussions savantes. Son effort en faveur de la science médicale mais aussi sa victoire brillante sur Séleucos II et la prise de la Syrie lui vaut 3 points de prestiges.

Bel effort également d’Appolonios en Carie. 1 point de prestige même si chacun attend maintenant sa réaction face à la trahison de Ptolémée.

La Bactriane s’étend rapidement et la quasi-totalité des satrapies supérieures lui obéissent (même la Drangiane). 1 point de prestige pour Euthydème.

 

L’étoile parthe est déjà bien terne. Quand même, la pacification rapide des Perses compense la perte de l’Hyrcanie.

Pour Aratos, le principal était de se débarrasser de cette vermine de pirates. C’est fait. Il brillera plus tard.

La tendance à l’anarchie qui règne au sein des tribus arabes obéissant à Arétas et entre les cités de la ligue pontique laisse mal présager du futur de ces deux entités. Aucun gain de prestige mais aucune perte non plus.

Eumène II semble suivre un plan à long terme… pas de gain de prestige cette année.

 

Séleucos perd la lointaine Carie et la Perside sans bouger le petit doigt. Le désastre d’Apamée précède la perte de la Syrie. Ceci lui coûte -2 points de prestige. Une nouvelle capitale doit être choisie dans l’empire. Dans son malheur, Séleukos peut au moins compter sur la fidélité de ses stratèges (certains ricanent en disant qu’ils n’ont pas les épaules…)

Leukôn a dû déplaire à Hécate, la déesse de Colchide car toutes ses tentatives ont été des échecs cuisants. Le double désastre à l’ouest lui fait perdre -2 points de prestige. Gare aux pulsions sécessionnistes des cités suite à ces catastrophes !

 

5         Revenus & soldes commerciaux

Le commerce sera problématique dans certaines régions du monde. Il n’y a plus que quelques îlots de commerce indépendants les uns des autres, un premier centré sur le commerce byzantin et un autre sur les villes nabatéennes de Pétra et de Séleucie du Tigre.

 

Voici un petit tableau pour résumer les restrictions pour le tour d’hiver à venir (O = commerce marchand possible sauf décision politique en hiver, F = commerce frontalier seulement)

 

Lagide

Séleucide

Antigonide

Achéenne

Rhodienne

Ligue Pontique

Bactriane

Nabatéen

Arsacide

Attalide

Spartocide

Romain (Leukôn)

Mithridatide (prolagide)

Lagide

-

O

 

 

F

 

 

O

O

F

 

 

F

Séleucide

O

-

 

 

 

 

F

O

O

 

F

 

F

Antigonide

 

 

-

F

 

O

 

 

 

 

O

 

 

Achéenne

 

 

F

-

O

 

 

 

 

 

 

O

 

Rhodienne

F

 

 

O

-

 

 

 

 

F

 

O

 

Ligue Pontique

 

 

O

 

 

-

 

 

 

F

O

 

F

Bactriane

 

F

 

 

 

 

-

 

 

 

 

 

 

Nabatéen

O

O

 

 

 

 

 

-

 

 

 

 

 

Arsacide

O

O

 

 

 

 

 

O

-

 

 

 

 

Attalide

F

 

 

 

F

F

 

 

 

-

 

 

 

Spartocide

 

F

O

 

 

O

 

 

 

 

-

 

F

Romain (Leukôn)

 

 

 

O

O

 

 

 

 

 

 

-

 

Pont  (prolagide)

F

F

 

 

 

F

 

 

 

 

F

 

-

 

Date limite de remise des ordres d’hiver 224 : Mardi 18 Mars au soir.


 

 

Soldes négociables

Comptoir principal

Céréales & poissons séchés

Huile d'olive, vins, figue, miel

articles de bronzes, verreries, céramique, papyrus, textiles

encens, épices, ébène, ivoire, parfums, soieries

Fournitures des flottes (Bois, poix, goudron)

Ressources militaires

Imposition des mines, du commerce local et provincial

Lagide

Pétra (nabatéen) 

5

-5

-1

-7

3

3

3500

Séleucide

 Séleucie du Tigre (nabatéen)

0

0

1

-1

3

1

1900

Antigonide

 Thessalonique

-2

-1

-1

0

1

1

300

Achéenne

 Corinthe

-7

2

5

-2

0

3

1200

Rhodienne

 Corinthe (ligue achéenne)

-3

1

0

0

0

1

100

Ligue Pontique

 Byzance

0

-2

-3

-2

1

0

600

Bactriane

 Taxila

0

0

-3

9

1

4

1800

Nabatéen

 Pétra

0

-2

1

10

0

0

700

Arsacide

 Séleucie du Tigre (nabatéen)

0

0

0

-1

0

1

400

Attalide

 Ephèse

-1

1

3

-1

0

2

1200

Spartocide

 Panticapée

6

1

-4

3

1

2

1400

Romain (Leukôn)

 Tarente

1

1

1

-1

0

0

400

Pont  (prolagide)

 Aucun actif !

0

0

0

-1

0

0

100