LES VêPRES éphésiennes

Première année de la 177ème olympiade

1          Comment vont les affaires dans l’œkoumène ?

Droits & taxation du roi sur le commerce des comptoirs (en nombre d’unités négociées):

Comptoir

T

Comptoir

T

Comptoir

T

Comptoir

T

Tarente (marianiste)

 

Sinope (pontique)

 

Sardes (sullanien)

2

Pétra (parthe)

 

Thessalonique (marianiste)

3

Ephèse (pontique)

2

Antioche (séleucide)

 

Séleucie (parthe)

 

Délos (marianiste)

5

Panticapée (pontique)

 

Bérytos (juif)

 

Hécatompylos (parthe)

 

Rhodes (Rhodien)

 

Byzance (bithynien)

 

Alexandrie (lagide 2)

5

Gérrha (parthe mineur)

 

 

Détail des échanges

Nature des marchandises

Qté

Vendeur

Acheteur

Cheminement et autres précisions

Céréales et poissons salés

3

Cubitus

Cinna

Alexandrie – Délos –Thessalonique

Céréales et poissons salés

1

Ptolémée

Cotta

Alexandrie – Délos – Ephèse - Sardes

Céréales et poissons salés

1>0

Ptolémée

Cinna

Ptolémée n’est pas au courant

Vin et huile d’olive

2>0

Cinna

Cubitus

Cubitus n’a pas envoyé la commande

Artisanat

2>0

Cubitus 

Macharès

Cubitus n’en veut plus

Artisanat

2>0

Cotta

Macharès

Cotta a changé d’avis

Artisanat

1>0

Alexandra-Salomé

Bourébistas

Bourébistas n’achète rien

Artisanat

1>0

Cinna

Bourébistas

Rien dis-je

Artisanat

1

Cotta

Ptolémée

Sardes – Ephèse – Délos - Alexandrie

Encens et myrrhe

1>0

Cubitus

Cinna

Cubitus n’a pas l’intention de vendre

Encens et myrrhe

2>0

Sinatruce

Macharès

Aucune route commerciale !

 

Si certains sénateurs de Rome ou amis des rois font pression pour faciliter le commerce, leur action n’aboutit aucunement. Il semblerait même que les puissants se font une fierté de rendre opaque le fonctionnement des douanes et des marchés quand cela peut nuire à leurs rivaux. C’est clairement le cas des Lagides tant ceux de Cyrénaïque que d’Egypte dont les céréales pourraient remplir les estomacs grecs ou italiens mais qui ne partent pas dans les quantités souhaitées. Il manque toujours un papyrus officiel aux fonctionnaires quand il s’agit d’expédier de la céramiques ou des verreries d’Asie mineure ou d’Egypte vers le royaume du Pont. De son côté, Boutébistas, qui a peut être du mal à comprendre le fonctionnement des échanges monétaires, n’aurait envoyé qu’une poignée d’esclaves contre les merveilles commandées en Grèce ou en Phénicie. Quand bien même les deux parties se sont mis d’accord comme pour l’encens d’Arabie heureuse que Sinatruce voudrait vendre à Macharès, encore faut-il trouver une caravane qui ose braver les territoires en guerre…

2          La campagne militaire

La guerre justement commence par une série d’événements inhabituels. Les stratèges pontiques se font assaillir dans leur palais ou au sein même de leur camp d’hivernage. On ne sait pas qui a vainement essayé de noyer Censorinus dans son bain mais le coup de poignard que ce même général a su éviter deux semaines plus tard était clairement commandité par Ptolémée Aulète. De même,  Eumachos s’est retrouvé un lacet serré autour du cou. Sans l’intervention de son cousin avec qui il relit Aristote tard le soir, l’assassin – en l’occurrence l’esclave en charge de jeter son pot de chambre – aurait éliminer le glorieux général avant la reprise des hostilités. L’esclave à demi-écorché a fini par livrer son complice : l’homme de confiance de l’ambassadeur optimates auprès de Macharès. Depuis les relations entre Cotta et Macharès sont glaciales. Les choses n’en sont toutefois pas encore au conflit armé. L’armée envoyée par Cotta fait campagne tranquillement dans les satrapies parthes les plus septentrionales. Les petites cités chorasmiennes, incapables de se défendre seules, font leur soumission aux troupes romano-anatoliennes et Nisa finit par tomber à son tour. La Margiane devrait suivre.

 

L’empire parthe est également la cible principale des armées pontiques commandées par le double miraculé Censorinus et par le répugnant Barbatoua. Les cavaliers parthes reviennent au galop d’Arabie et de Parapotamie pour défendre leur capitale. Leurs rivaux parthes, partisans de Sinatruce sont là pour les accueillir avec leurs arcs bandés et le plus souvent pour les vaincre. C’est vraiment dommage pour Artaban qui n’eut jamais l’occasion de rencontrer les Pontiques sur le champ de bataille alors même qu’il avait noué de nombreuses complicités dans les rangs des officiers et des mercenaires. De vastes pans de l’empire parthe passent au Pont à commencer par le pays entre les deux fleuves, la Mésopotamie et la Babylonie. A Ctésiphon, alors que les premières escouades pontiques sont en vue, les femmes d’Artaban sont étranglées par les eunuques pour leur éviter le déshonneur. Un formidable butin est convoyé à Amaseia où le roi Macharès a engagé de grands travaux.

Les Parthes ne sont toutefois pas vaincus partout. En Judée, la veuve d’Alexandre Jannée, Alexandra Salomé tente de concilier le parti pharisien et le parti helléniste sans grand succès.  A Sichem, lors de la fête de Soukkot, la reine est bombardée à coup de citrons pour la foule offusquée que la reine soit entourée de « Gentils » impurs. L’ambassadeur parthe est du nombre et n’apprécie pas cette lapidation fruitière. Sous prétexte de laver l’injure, Asdrubalès fait irruption avec quatre mille cavaliers et soumet la Judée y compris Jérusalem. Alexandra-Salomé est reléguée à Tyr avec ses partisans.

 

Cette petite réussite ne compense pas l’immense échec du roi Artaban. Selon les chroniques des Mages wallons de Spasinou Charax, « il [le roi Artaban] a fait allumer des feux sacrés  dans toutes les provinces libres de l' empire parthe et s' est retiré dans la méditation et la solitude d' une cache dans le désert. Artaban était trop fier. Il devient humble et ermite dans le désert de Hedjaz. De son ermitage il contemple le passage des caravanes porteuses de soieries et d' encens signe de sa vie futile et passée. Ceci termine les aventures de ce roi trop naïf. Il est Parth(i) dans le désert. »

 

En Grèce, Cinna a donné tout pouvoir à Perperna pour se débarrasser des Illyriens qui pillent l’Etolie. Leur présence est en fait une bénédiction pour Cinna puisque cela lui donne une excuse devant le Sénat et le peuple de Rome pour reprendre une province dont le gouverneur en titre n’est autre que son ambitieux ami Jules César.

 

Perperna surprend les Illyriens et leur fait goûter l’acier espagnol de ses glaives. L’Etrusque en profite pour s’assurer de la fidélité des cités reconnaissantes et pour en devenir le gouverneur pour le compte de Cinna. Le succès est énorme car la paix est enfin revenu en Grèce.

 

De son côté, Lucius Cornelius Cinna délaisse la misérable Péonie dont les chefs continuent de soutenir Cotta pour se porter en Thrace. Le royaume de Bourébistas est en fait envahi de tous les côtés, les Pontiques d’Eumachos attaquant par le nord. Les Gètes se portent d’abord contre les soldats de Macharès et les repoussent. Ils ne sont toutefois pas de taille pour contrer le métier et surtout l’énorme puissance des 80 000 hommes de Cinna. Vaincu et lâché par les tribus, Bourébistas fait retraite modestement vers la Chersonèse et promet aux Romains de se tenir tranquille à l’avenir.

Cinna se porte alors contre son véritable rival, Macharès et ses possessions dans le Pont-Euxin occidental. Il écrase totalement Eumachos qui périt dans la bataille et soumet sans difficulté la Scythie.

 

Ceci est un bien mauvais coup pour l’image du roi du Pont. La réplique pontique ne se fait pas attendre. Par de multiples ambassades, on annonce la bonne nouvelle : le monde méditerranéen oriental est désormais libéré des pirates. Les derniers nids ciliciens ont été nettoyés par la flotte pontique, maîtresse de la Mer conduite par Hermaeus.

3          Les instructions royales aux officiers

3.1        Artaban, roi des Parthes

Aucun traité d’amitié

Les renforts de Parthie ne peuvent pas rejoindre les armées d’Artaban.

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée en Hedjaz commandée par le roi Artaban

Printemps

M Arabie Déserte

ok

Eté

M Arabie Déserte

ok

Automne

M Babylonie

Défaite contre Sinatruce et retraite en Parapotamie.

Armée de Parapotamie du satrape Orobaze

Printemps

M Babylonie (D0)

Combat en Parapotamie. Victoire sur les rivaux de Sinatruce

Eté

M Babylonie

Combat en Babylonie. Défaite contre Sinatruce et retraite en Parapotamie.

Automne

D0

ok

Armée de Transjordanie d’Asdrubalès

Printemps

M Palestine

Palestine pillée

Eté

P

Palestine pacifiée

Automne

D0

ok

3.2        Macharès Philopator, roi du Pont

Traité d’amitié avec Philippe et Sinatruce

L’ignoble tentative d’assassinat du stratège Eumachos par Cotta a réduit à néant le traité d’amitié. Cubitus n’a même pas fait semblant d’accepter l’amitié du roi du Pont.

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée du Glorieux Lucius Censorinus en Babylonie

Printemps

P

Pacification de la Babylonie

Eté

F Armée parthe d’Orobaze : M Parapotamie

Combat en Babylonie mais c’est Sinatruce, meilleur stratège qui prend le commandement et bat Orobaze

Automne

Défense

Une fois encore, Sinatruce défend victorieusement la Babylonie.

Scythes à la solde pontique contrôlés par leur chef, le féroce Bartatoua , en Mésopotamie appuyées de meutes de guerriers arméniens

Printemps

P (2ème tentative)

Pacification de la Mésopotamie

Eté

M Assyrie

Assyrie pillée

Automne

P

Echec

Armée de Scythie suivant sans faiblir le stratège glorieux Eumachos

Printemps

M Thrace

Défaite contre les Gètes de Bourébistas et retraite en Scythie.

Eté

D0

Désastre face aux troupes de Cinna (en dépit de la corruption réussie de l’ennemi 430/0)

Automne

 

 

Flotte du stratège Hermaeus en Mer Rhodienne avec des Galates à bord

Printemps

N

Victoire totale sur les pirates ciliciens

Eté

M Cyclades

ok

Automne

D0

ok

3.3        Lucius Cornelius Cinna, consul de Rome et chef du parti populaire

Traité d’amitié avec Alexandra Salomé et Caius Iulius Caesar

Cotta et Bourébistas ont totalement ignoré les approches amicales de Cinna.

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Les légions données en commandement au noble Marcus Perperna, appuyées par des alliés crétois sont en Epire

Printemps

M Etolie

Victoire totale sur les Illyriens. Etolie pillée

Eté

P

Etolie pacifiée

Automne

M Thessalie

ok

Légions en Péonie conduites par le Glorieux Lucius Cornelius Cinna et appuyées par des renforts légionnaires amenés d’Italie, des alliés grecs et de la cavalerie thessalienne

Printemps

M Thrace

Victoire sur les Gètes de Bourébistas. Thrace ravagée

Eté

M Scythie

Armée corrompue (0/430) mais victoire totale sur les Pontiques d’Eumachos !!

Automne

P

Scythie pacifiée

3.4        Marcus Aurélius Cotta, chef du parti aristocrate

Traité d’amitié avec Radius Fractatus Cubitus, la république rhodienne et Ptolémée Aulète.

L’hypocrite traité d’amitié avec Macharès a volé en éclat quand ce dernier a découvert le complot contre son stratège Eumachos.

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Nunurs Ursus Major est le chef des légions optimates de Chorasmie

Printemps

P

Chorasmie pacifiée

Eté

M Margiane

Margiane pillée

Automne

P

Echec

3.5        Bourébistas, roi des Gètes

Aucun Traité d’amitié

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée de Thrace commandée par le roi Bourébistas

Printemps

D3

Victoire sur les Pontiques d’Eumachos mais défaite contre les Romains de Cinna. Retraite en Chersonèse de Thrace

Eté

D0

ok

Automne

D0

ok

3.6        Philippe, roi séleucide

Traité d’amitié avec Macharès

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée séleucide de Commagène commandée par le roi Philippe avec ses agémas

Printemps

M Syrie

ok

Eté

M Transjordanie

Défaite et retraite en Syrie

Automne

D0

Victoire sur l’envahisseur égyptien

3.7        Sinatruce, prétendant arsacide

Traité d’amitié avec Macharès

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Sinatruce loin derrière ses guerriers arabes et gédrosiens en Babylonie sans compter les archers de Perside

Printemps

F Armée parthe de Parapotamie : M Parapotamie

Combat en Parapotamie mais défaite de Sinatruce qui retraite en Babylonie

Eté

D0

Victoire sur les parthes d'Orobaze

Automne

D0

Victoire sur les parthes d'Artaban

3.8        Radius Fractatus Cubitus, soutien romain de la reine Cléopâtre Tryphène

Traité d’amitié avec Cotta

Cubitus n’a pas réussi à nouer des liens diplomatiques amicaux avec Cinna et Artaban.

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Troupes lagides armées et entrainées à la romaine par le glorieux général romain Radius Fractatus Cubitus en Arabie Pétrée

Printemps

M Transjordanie

Transjordanie pillée

Eté

P

Victoire les séleucides. Transjordanie pacifiée

Automne

M Syrie

Défaite contre Philippe et retraite en Transjordanie

 

3.9        Barbares et pirates en maraude

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Pirates ciliciens cherchant des esclaves à capturer en Pamphylie

Printemps

R

Désastre militaire !!!

Eté

 

 

Automne

 

 

Illyriens opportunistes en Etolie

Printemps

D0

Désastre militaire !!!

Eté

 

 

Automne

 

 

 

4          Paroles royales, honneurs divins, évergétisme et raffinements coûteux

Les merveilles ramenées de Babylonie et le savoir faire des architectes grecs d’Asie Mineure ont permis à Macharès de bâtir un formidable complexe palatial à Amaseia. La beauté sauvage de l’art perse y côtoie des frises plus classiques et donne une grâce inégalée aux délicats bâtiments à colonnade. Les botanistes de Macharès ont rassemblé des arbustes aromatiques, des essences d’arbres d’Afrique et des fleurs d’Inde pour les acclimater dans de merveilleux jardins qui entourent le palais. Les visiteurs ébahis qui déambulent dans les allées ne dérangent pas vraiment les faisans de Colchide apprivoisés qui font la fierté des fils du roi.

 

Pour montrer la splendeur de sa cour et pour montrer au monde qu’il est l’un des deux grands, c’est dans ce cadre superbe que Macharès invite le maître de Rome, Lucius Cornelius Cinna à parler de la paix et du partage du monde.

 

Bien avant la réunion, on chuchote dans toutes les capitales que l’affrontement ne sera pas que verbal et que des meurtres sont à craindre.

 

De son côté, Macharès a invité Cotta en tant que Patricien de Rome et en tant que voisin. Il espère en fait que l’aristocrate saura agir pour infiltrer l’entourage de Cinna et l’éliminer avant même que le conquérant de Scythie n’entre à Amaseia. Hélas, Cotta fait savoir au roi que ses finances ne lui permettent plus de corrompre de gras sénateurs devenus très gourmands.

 

Côté marianiste, on a discrètement approché Jules César en lui promettant un commandement majeur en Espagne s’il s’occupait de trouver des complicités pour liquider rapidement Macharès. Jules César, on s’en souvient, avait séjourné quelques temps auprès de Nicomède de Bithynie et il connaît l’Asie. Malheureusement pour Cotta, Iulius, vexé d’avoir été privé de sa province d’Etolie, préfère intriguer à Rome et refuse tout net.

 

Ce sont donc deux rivaux très méfiants qui se rencontrent lors de journées fastueuses dans la capitale des Mithridates.

Les festins succèdent aux festins mais l’ambiance est lourde.

 

Curieusement Macharès et Cinna ne s’allongent jamais pour dîner sans être rejoint par leur babouin goutteur respectif, un cadeau de la reine Cléopâtre Tryphène, soucieuse de plaire aux deux Géants. Chacun de ces babouins a été spécialement entraîné pour sentir le poison dans la nourriture. Chaque singe, devenu très gras de par leur pratique professionnelle, renifle chaque plat et en goûte une bouchée pour montrer à leur maître que l’aliment est sain. Lors d’un déjeuner près d’un bassin, le singe de Cinna recrache bruyamment des figues pourtant appétissantes au désespoir discret de Macharès qui avait pris garde à ne prendre que des raisins.

Au soir du onzième jour, c’est au tour du roi du Pont de vomir une bile bleuâtre et de pour finir de succomber à un empoisonnement violent. Le singe pontique va pourtant bien et il a bien tout goûté. Tout y compris un petit gâteau de semoule justement préparé par l’envoyé égyptien de Cubitus. Celui-ci l’a nappé avec un sirop un peu piquant au goût des Babouins et totalement létal pour les humains.

 

La mort de Macharès fait exploser l’empire. Le Prince Pharnace revendique la tiare à Sinope pendant que son frère Mithridate ceint le diadème à Tarse. En Assyrie, le général Bartatoua vient de se découvrir une ascendance avec le terrible Assurbanipal et se proclame roi d’Assyrie. Les cités de Phrygie hellespontine annoncent leur indépendance et l’archonte de Panticapée fait renaître le royaume bosporan.

 


 

Une situation calamiteuse pour le Pont mais qui fait de Lucius Cornelius Cinna l’homme le plus puissant du monde et le digne successeur d’Alexandre.

 

 

 

Roi

Prestige l’an passé

Céréales & Poissons

Vins, huile d’olive

Artisanat

Encens

 

Désastre ou victoire totale

Victoire sur les Romains

Pertes / Gains territoriaux

Capitale perdue ou (re) prise

Phare de la Culture hellène

Prestige actuel

Cinna

35

-1

+1

+1

0

+2

 

+2

0

0

40

Macharès

36

0

+1

0

0

-1+1

0

-3+2

+1

+1

38

Cotta

33

0

+1

+1

+1

0

 

+1

0

0

37

Artaban

36

-1

0

+1

+1

0

0

-3+1

-1

0

34

Bourébistas

26

0

+1

0

+1

0

0

0

0

0

28