LES VêPRES éphésiennes

Quatrième année de la 174ème olympiade

1          Comment vont les affaires dans l’œkoumène ?

Les pirates ciliciens étaient de retour ! Leur réapparition et les méfaits de leurs confrères taures dans le Pont-Euxin prouvaient aux plus sceptiques que la flotte rhodienne seule ne pouvait pas garantir la sécurité des mers, si tel était son intention.

Marius fut le premier à réagir. Les financiers romains liés au pouvoir eurent rapidement rassemblé les fonds pour faire surgir une flotte de deux cents bâtiments. Lucius Censorinus fut nommé pour organiser les chantiers.

 

Rapidement il apparut que le projet ne verrait pas le jour. Les forêts d’Italie étaient médiocres et les massifs d’Asie méridionale tous aux mains de Sylla. Tigrane fournissait la flotte rhodienne. Les bûcherons avaient déserté les versants boisés du haut Euphrate et le bois bithynien, non sollicité, n’aurait de toutes manières pas été suffisant pour les besoins romains.

 

Bref, Lucius Censorinus, inquiet des réactions de son patron s’il annonçait la mauvaise nouvelle, choisit de partir sans attendre pour le Pont. Là, Macharès avait besoin d’un navarque de valeur pour vaincre les Taures. Sylla l’avait pourvu en bois macédonien et thrace pour construire les coques et en poix pour les enduire. Le mithridatide voulait construire une flotte légère conçue pour donner la chasse aux pirates, composée en partie de rapides lembos et de petits dicrotes. Lucius Censorinus aurait tout de même le plaisir de diriger les opérations d’un gigantesque vaisseau amiral au rostre puissant, une octère peinte en bleu et rouge, qui mouillait pour le moment à Kérasos du Pont.

 

Pour contrer les Ciliciens, Sylla devait également se doter d’une flotte, capable d’aller dénicher les bandits dans leurs repaires protégés par les falaises du littoral. Il confia le commandement de ses cent cinquante bâtiments - en majorité des pentères et des tétrères - basés à Aigeai dans le golfe de Salamine, à Ictus Myocardus Infarctus .

 

 

Macharès comptait sur un fort apport extérieur pour muscler son armée. Des frondeurs et des archers crétois devaient renforcer ses lanceurs cappadociens. Des fantassins lourds du Péloponnèse pouvaient faire barrage aux furieux galates. Sur le principe, Marius était peut être d’accord mais comment les mercenaires parviendraient-ils à rejoindre les Pontiques puisqu’il fallait pour cela traverser les provinces sullaniennes ou bithyniennes ? La solution du passage par le territoire parthe ne fut pas évoquée. Marius savait-il que des ambassadeurs parthes attendaient à Ostie pour proposer au sénat l’amitié d’Orodès ? Nous ne le saurons jamais !

 

Marius était peut être un peu honteux de rencontrer les émissaires parthes. Ceux-là savaient peut être déjà que les chargements de vêtements et de céramique demandés par Orodès et Antiochos seraient en fait vendus dans les provinces de Sylla! Il ne fallait pas agacer Sylla. Celui-ci serait déjà irrité d’apprendre que son protégé Ptolémée n’avait pas été choisi pour approvisionner en encens, en casse et myrrhe la Grèce et l’Italie, Arétas ayant remporté l’ensemble des marchés. Or, le rapprochement en douceur des deux rivaux Marius et Sylla paraissait crucial pour la paix en Grèce et pour le commerce. Ce réchauffement était sensible même à Rome : des amis de Sylla, proscrits par Marius du temps de leur rivalité, revenaient d’exil et retrouvaient leurs demeures – autrefois confisquées - sur les collines ensoleillées de l’Vrbs. Sur le plan commercial, Sylla privilégiait ses liens avec les Lagides en aménageant les taux de douane de manière à favoriser les céréales de Cyrène, les papyrus du fayoum et les épices venant de la mer Erythrée. Les négociants de ses provinces passaient également volontiers contrat avec les marchands parthes.

 

En général, la situation diplomatique pesait sur le commerce. Les Babyloniens et les Iraniens prenaient appui sur l’amitié de leur roi pour les Bithyniens et les Syriens pour développer leurs affaires. Dans la vieille capitale lydienne de Sardes, les Bosporans et les Pontiques concentraient leurs efforts sur les négociations commerciales avec les Arméniens ou les Nabatéens.

 

Au total, seuls les affaires bithyniennes semblaient insuffisantes ; Pourtant Prusias avait pris soin de préférer le comptoir de Thessalonique mais cela n’avait guère aidé les marchands de l’Hellespont à approvisionner leurs clients dans les cités bithyniennes.

 

Droits & taxation du roi sur le commerce des comptoirs (en nombre d’unités négociées):

Comptoir

T

Comptoir

T

Comptoir

T

Comptoir

T

Tarente (marianiste)

9

Sinope (pontique)

0

Sardes (pontique)

6

Pétra (nabatéen)

0

Thessalonique (sullanien)

12

Ephèse (pontique)

8

Antioche (séleucide)

14

Séleucie (parthe)

0

Délos (marianiste)

13

Panticapée (pontique)

0

Bérytos (juif)

0

Hécatompylos (parthe)

0

Rhodes (Rhodien)

2

Byzance (neutre)

0

Alexandrie (nabatéen)

8

Gérrha (nabatéen)

0

 

Détail des échanges

Nature des marchandises

Qté

Vendeur

Acheteur

Cheminement et autres précisions

Céréales et poissons salés

1

Ptolémée XI

Marius

Antioche – Délos – Tarente

Céréales et poissons salés

2

Ptolémée XI

Sylla

Antioche – Ephèse – Thessalonique

Céréales et poissons salés

1

Prusias III

Orodès

Thessalonique - Délos – Antioche

Vin et huile d’olive

2

Sylla

Ptolémée XI

Thessalonique – Ephèse – Antioche

Vin et huile d’olive

1

Antiochos XII

Orodès

Antioche

Vin et huile d’olive

2

Sylla

Orodès

Thessalonique – Délos – Antioche

Vin et huile d’olive

3

Caius Marius

Arétas

Tarente – Délos – Alexandrie

Vin et huile d’olive

1

Rhodes

Macharès

Rhodes – Ephèse – Sardes

Artisanat

2

Arétas III

Macharès

Alexandrie – Antioche – Sardes

Artisanat

1

Tigrane

Macharès

Antioche – Sardes

Artisanat

2

Caius Marius

Sylla

Tarente – Délos – Thessalonique

Artisanat

1>0

Caius Marius

Orodès

Caius Marius vend à Sylla

Artisanat

1>0

Caius Marius

Antiochos XII

Je répète Marius vend à Sylla

Archers et frondeurs crétois

1>0

Caius Marius

Macharès

Marius a renoncé devant la logistique

Mercenaires du Péloponnèse

1>0

Caius Marius

Macharès

complexe (…)

Bois

2

Sylla

Macharès

Thessalonique – Ephèse – Sardes

Bois

1

Tigrane

Rhodes

Antioche – Ephèse – Rhodes

Encens, Myrrhe et épices

3>0

Ptolémée XI

Caius Marius

Marius achète nabatéen !

Encens, Myrrhe et épices

3

Arétas III

Caius Marius

Alexandrie – Délos – Tarente

Encens, Myrrhe et épices

1

Ptolémée XI

Sylla

Antioche – Délos – Thessalonique

2          La campagne militaire

L’oekoumène connaissait deux conflits majeurs. Chaque puissance y prit part dans l’année, à l’exception de Marius installé confortablement dans une semi-retraite crétoise et de Ptolémée, marginalisé et occupé à mater des troubles intérieurs.

2.1        La guerre partho-arménienne : un défi pour Sisyphe ?

Il était difficile de savoir quand l’Arménie et la Parthie feraient la paix ou si l’un des deux écraserait définitivement l’autre un jour. Le conflit reprenait chaque année et tout était à refaire.

 

Le coup d’envoi de la campagne militaire vint de Susiane. La délicieuse Léaina, espionne séleucide, avait trouvé son chemin jusqu’à la couche de Mithrobarzanès, général de Tigrane. Le cauchemar d’Orodès aurait eu la carotide tranchée dans son sommeil si une esclave de Suse, éprise du général, ne lui avait rapporté les entrevues fréquentes de Léaina avec un négociant en huile connu pour ses amitiés syriennes. Le réseau pro-séleucide fut démantelé et l’espionne démembrée sans délai. Les hostilités viriles pouvaient commencer.

 

Comme les années précédentes, les juifs et les Nabatéens avaient pour mission de neutraliser les Séleucides, alliés d’Orodès. Marius n’avait pas mis de véto aux envies expansionnistes d’Arétas III. Le détail des opérations militaires est mal connu. Il semble en deux mots que les soldats asmonéens s’en soient pris à Larissa, à la frontière séleucide et qu’au même moment, Arétas faisait marche sur Damas.

 

Dans les deux cas, les engagements entre les agresseurs et les troupes séleucides finirent en faveur des défenseurs. Antiochos s’occupa lui-même d’Arétas qui dût retourner sur ses terres. Tigrane n’en demandait pas plus. L’Arménie serait tranquille cette année.

 

Les armées arméniennes pouvaient donc se concentrer sur le seul opposant parthe. A l’indomptable et pourtant ravissante Anzaze, Tigrane promit de prouver sa capacité militaire et de lui ramener la tête de son ancien époux. Quand ce dernier tourna ses armes contre le stratège Mithrobarzanes, c’est à ce dernier que Tigrane passa commande de l’auguste tête coiffée de la tiare.

 

De toutes façons, lui-même devait se porter d’urgence à l’est pour contrer l’offensive parthe en Médie Atropatène conduite par Orodate. Pour cette bataille, Tigrane n’avait rien promis à sa belle. Aussi ne ressentit-il probablement pas trop de honte dans sa double défaite et la perte de cette satrapie montagneuse. Cependant Anzaze eut bien sa tête. Pas exactement celle qu’on lui avait annoncée car Mithrobarzanès ne ressemblait guère à Orodès... Le roi parthe avait totalement annihilé l’armée arménienne surprise en terrain plat par la cavalerie parthe. Seule la tête du stratège défait eut l’honneur de retourner en Arménie.

 

Orodès aurait aimé compléter sa campagne par l’annonce de la prise définitive de Carmana. Or, si Sinatruce avait été rapidement refoulé dans le désert, la capitale du vieil Arsacide rebelle refusait de se rendre. On dit qu’Orobaze s’était pris de sympathie pour l’épistate de la cité et avait laissé passer des convois de vivres, pensant qu’avec un peu de patience, les habitants seraient convaincus que leur destin était au sein de l’empire parthe…Orobaze, ambassadeur chevronné, était patient. Orodès pas du tout !

2.2        Comme un drachme entre le revers et le droit.

C’était la situation de Prusias ! Déjà engagé dans son duel avec le roi Macharès (le coin de droit), Prusias venait de recevoir la déclaration de guerre de Sylla (le coin de revers !). La seule frontière pacifique de Prusias était celle qui jouxtait la satrapie de Lycaonie, toujours sous la tutelle lointaine de Tigranocerte. Maigre réconfort, le médiocre Phillipoemen l’assurait de son soutien et partait à l’assaut de la Colchide pontique.

 

Après une première inquiétude, Prusias se réconforta en se convainquant que sa situation n’était pas si terrible :

 

Une armée fraîche conduite par Eurymédon fils d’Aristippe pouvait dès à présent contrer toute offensive romaine à partir des provinces sullaniennes méridionales.

Le glorieux Prusias avait toutes ses chances de donner une correction au proconsul, ce qui lui vaudrait l’admiration de beaucoup.

Enfin, le Pont était lui-même sur la défensive. L’unique armée pontique n’avait pas reçu l’aide escomptée de Marius et son général Eumachos avait été vaincu l’année passée par Nicanor le boiteux, le général bithynien, actuellement affairé au siège de Sinope. Celui-ci venait d’ailleurs de déjouer une conspiration parmi ses officiers destinée à le trucider à l’entraînement. On arrêta les conjurés, leur cisela les paupières, arracha leurs oreilles et cassa leurs dents. Sans succès. Le véritable instigateur du complot, un certain Strato, fils de Polyxenos , avait réussi à fuir et il semblait le seul à même de dévoiler l’identité du commanditaire. Bien entendu, on accusa immédiatement Macharès mais sans preuves.

Ignorant la situation en Colchide où tout démontrait que Phillipoemen n’était qu’un pitre en armure, Macharès mit toute son énergie et surtout toute sa trésorerie pour soulager Sinope. Les mercenaires de Nicanor reçurent des offres alléchantes pour quitter immédiatement le service du roi Prusias. Les Galates purent également remplir leurs ceintures d’or et retourner auprès des siens pour de longues années sans devoir combattre pour cela. On promit aussi des terres et de fortes sommes à tout guerrier pontique qui tuerait de ses mains un officier ennemi. Ces flots monétaires firent merveille. Certes, le combat fut âpre mais trop déséquilibré en faveur des Pontiques. Une sortie des assiégés de Sinope transforma une défaite en un véritable désastre pour Nicanor qui s’infligea le coup fatal que Strato n’avait pu porter.

 

En Troade, cette catastrophe militaire fut le signal d’un nouvel révolte contre le pouvoir. Les cités reprenaient leur liberté. Les citoyens rassemblés sur les agoras maudissaient ouvertement les décrets royaux et prenaient les armes pour défendre leur indépendance. Les troupes loyales d’Eurymédon n’eurent pas le loisir de réprimer cette sédition car elles devaient avant tout protéger la Galatie. Eurymédon était de santé fragile et capricieuse. Toujours assisté d’un médecin, amateur de drogues et d’emplâtres, se tenant un jour le ventre, le suivant la tête et respirant difficilement le jour d’après, le courtisan veillait à ce que des soins soient apportés à ses soldats malades comme à lui-même. Pour le reste, ses compétences étaient limitées surtout quand il s’agissait d’arrêter le tourbillon pontique, surexcité par sa victoire en Paphlagonie. La Galatie fut promptement perdue et Eurymédon, fils d’Aristippe, fit son seul bon choix de la campagne, se replier sur la Mysie. Cela permit de renforcer les défenses côtières contre les opérations menées par la flotte rhodienne, aux ordres de Sylla…

En Europe, les légionnaires de Sylla s’étaient déployés devant les troupes de Prusias. D’un coup d’œil, on pouvait noter le professionnalisme des deux armées. La rencontre serait terrible. Les vétérans et les Bithyniens s’étaient placés parfaitement, rapidement et sans tumulte. La clameur qui sortait des gorges n’était pas le cri instinctif d’une horde sauvage mais un cri de guerre organisé et terrifiant. Les peltastes accablèrent les auxiliaires italiens de traits mais ne parvinrent pas à disloquer leur formation. Les légionnaires subirent ensuite l’attaque des Thoracites sur l’aile gauche.

 

Sur la droite, les tribus thraces devaient à leur tour participer à l’attaque. Le prince des Gètes, à l’élégant bonnet de renard, fit alors un signe de la main. Ses hommes firent volte face et se ruèrent sur leurs anciens camarades bithyniens, totalement surpris. Prusias comprit à l’instant que la bataille était perdue. Il s’employa dès l’heure à sauver ce qui pouvait l’être encore et, au prix de pertes importantes, se replia vers la côte, abandonnant les terres thraces traîtresses à l’avidité de Sylla, ravi de la tournure des choses.

 

Deux mois plus tard, un nouveau revers l’obligea à chercher son salut vers le détroit du Bosphore. Dénué de flotte de guerre, le roi savait que s’il voulait passer en Asie, il lui faudrait d’abord reprendre Byzance à Socrate…

 

Un mot des événements chypriotes. L’île lagide était « protégée » par les légionnaires du peuple romain (sullanien) depuis l’année précédente. Il s’agissait selon le nouveau commandant Radius Fractatus Cubitus de dissuader les pirates ciliciens de recommencer leurs méfaits aux dépens des cités chypriotes. Celui-ci eut pourtant l’air surpris quand on lui apprit la reprise effective des opérations de piraterie. Qu’à cela ne tienne, devant l’urgence de la situation et devant l’incapacité de Ptolémée XI a protéger son territoire, Rome prendrait ses responsabilités. Un décret de Radius Fractatus Cubitus informa les assemblées des cités chypriotes que le peuple romain acceptait la mission de protection de l’île qu’on leur offrait. Les partisans furent renvoyés sans heurt à Ptolémaïs. Chypre sera intégrée à la province de Cilicie.

3          Les instructions royales aux officiers

3.1        Orodès, roi des Parthes

Traité d’amitié avec les rois Antiochos XII et Prusias et le proconcul romain Sylla.

Macharès a envoyé un sans-grade pour accueillir l’ambassadeur parthe. Marius est introuvable – peut être à la chasse – et c’est l’envoyé arsacide qui repart bredouille. Quant à Arétas, il est trop occupé à préparer sa campagne militaire.

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée de Médie du glorieux roi Orodès soutenue par l’élite de l’archerie perse et de la cavalerie mède

Printemps

F Armée arménienne en Susiane : M Susiane

Victoire totale sur l’armée arménienne de Mithrobarzane.

Eté

M Médie

ok

Automne

M Assyrie

Assyrie ravagée

Armée d’Hyrcanie du satrape Orobaze

Printemps

M Médie Atropatène

Victoire sur les arméniens de Tigrane. Médie Atropatène ravagée

Eté

P

Seconde victoire sur Tigrane. Médie Atropatène pacifiée

Automne

D0

ok

Troupes de Carmanie sous les ordres du vieux satrape Orodate

Printemps

P

Victoire sur Sinatruce. Carmanie ravagée. Echec de la pacification

Eté

P

Echec de la pacification

Automne

P

Echec de la pacification

Guerriers du chef mercenaire galate Ambivalix en Margiane

Printemps

M Chorasmie

Ok

Eté

M Sarmatie

Ok

Automne

D0

Ok

3.2        Macharès Philopator, roi du Pont

Traité d’amitié avec Tigrane et Sylla

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée de Cappadoce suivant sans faiblir le stratège glorieux Eumachos

Printemps

F Armée bithynienne de Paphlagonie

Corruption très réussie des Bithyniens (900/80). Victoire totale sur l’envahisseur !!!

Eté

M Galatie

Victoire sur une seconde armée bithynienne. Galatie ravagée.

Automne

P

Galatie pacifiée

3.3        Tigrane, roi d’Arménie

Traité d’amitié avec le grande prêtre Alexandre Jannée, le roi Macharès et le proconsul Sylla

Sylla et Macharès souhaitent son amitié

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Forces du stratège Mithrobarzanesen Susiane

Printemps

M Médie (combat en Susiane)

Désastre militaire contre Orodès !!!

Eté

 

 

Automne

 

 

Armée du roi Tigrane en Assyrie

Printemps

Défense : M Médie Atropatène

Défaite contre Orobaze. Retraite en Arménie

Eté

Défense : M Médie Atropatène

Seconde défaite et seconde retraite

Automne

D0

Ok

3.4        Caius Marius, consul de Rome et chef du parti populaire

Traité d’amitié avec Arétas III de Nabatène et avec le proconsul Sylla.

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Les légions du glorieux consul Caius Marius sont en Crète accompagnées des alliés grecs.

Printemps

D0

Ok

Eté

D0

Ok

Automne

D0

Ok

3.5        Lucius Cornelius Sylla, proconsul et chef du parti aristocrate

Traité d’amitié avec Ptolémée, la république de Rhodes, le consul Marius et les rois Macharès, Tigrane et Orodès

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Le glorieux proconsul Sylla conduit des vétérans et des Thessaliens en Chalcidique

Printemps

M Thrace

Corruption très réussie des Bithyniens (760/50). Victoire sur les troupes bithyniennes de Prusias. Thrace ravagée

Eté

P

Thrace pacifiée

Automne

M Bouches de l’Ister

Victoire sur Prusias. Bouches de l’Ister ravagées

Troupes en Pisidie commandées par Ridiculus Rictus Mordicus, propréteur de Carie

Printemps

D2

Ok

Eté

D2

Ok

Automne

D2

Ok

Cohortes de vétérans sullaniens à Chypre sous les ordres de Radius Fractatus Cubitus

Printemps

P

Chypre pacifiée

Eté

D0

Ok

Automne

D0

Ok

3.6        Prusias III, roi de Bithynie

Traité d’amitié avec le prince Sinatruce, Philipoemen d’Arcadie et les rois Antiochos et Orodès

Sylla a crucifié l’ambassadeur bithynien.

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée de Thrace commandée par le roi glorieux Prusias

Printemps

Défense Thrace

Armée corrompue (50/760). Défaite contre Sylla et retraite dans les bouches de l’Ister

Eté

D0

ok

Automne

Défense Bouches de l’Ister

Défaite contre Sylla et retraite dans la détroit du Bosphore (ravagé !)

Armée de Paphlagonie avec Nicanor le boiteux à sa tête composée en grande partie de mercenaires galates

Printemps

P

Armée corrompue (80/900). Désastre militaire contre les Pontiques. Nicanor meurt.

Eté

 

 

Automne

 

 

Armée de Bithynie menée par Eurymédon, fils d’Aristippe

Printemps

M Mysie

ok

Eté

Défense Galatie

Défaite contre Eumachos et retraite en Mysie

Automne

D0

Ok

3.7        Ptolémée XI Alexandre II, roi lagide

Traité d’amitié avec le proconsul Sylla.

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée du Heptanomide commandée par son roi Ptolémée XI

Printemps

M Thébaïde

ok

Eté

Défense : M Heptanomide

Rupture avec Sylla. Victoire sur les indigènes égyptiens en révolte

Automne

D1

ok

3.8        République rhodienne

Traité d’amitié avec le proconsul Sylla

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Flotte rhodienne naviguant en mer rhodienne commandée par le glorieux navarque Rhododendron

Printemps

M Cyclades

ok

Eté

M Mer Egée

ok

Automne

R Mysie

Echec car Eurymédon veille

3.9        Sinatruce, prétendant parthe

Traité d’amitié avec le roi Prusias III

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Fidèles partisans du vieux prince Sinatruce en Carmanie

Printemps

D0

Défaite contre les Parthes et retraite dans le désert.

Eté

D0

Ok

Automne

D0

Ok

3.10    Phillipoemen, usurpateur

Traité d’amitié avec les rois Prusias III.

Orodès a négligé de recevoir le représentant de Phillipoemen. Que celui-ci montre d’abord ce qu’il compte faire en Sarmatie!

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Mercenaires de l’arcadien Phillipoemen en Sarmatie

Printemps

M colchide

Colchide ravagée

Eté

P

Echec

Automne

P (2nde)

Echec

3.11    Arétas III, roi des Nabatéens

Traité d’amitié avec le consul Marius

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée en Parapotamie avec le glorieux Arétas III à sa tête

Printemps

M Transjordanie

Transjordanie pillée

Eté

P

Défaite contre Antiochos XII (mais corruption réussie 300/0) Retraite en Arabie Pétrée

Automne

D0

Ok

3.12    Antiochos XII, roi séleucide

Traité d’amitié avec les rois Orodès et Prusias

Ni le consul Marius ni le nabatéen Arétas semblent avoir pas conscience de l’amitié que leur porte le roi Antiochos XII.

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée séleucide de Commagène commandée par le glorieux Antiochos XII pourvue de la puissante phalange

Printemps

Défense M Syrie

Victoire sur les Juifs d’Alexandre Jannée

Eté

Défense M Transjordanie

Victoire sur les Nabatéens d’Arétas (en dépit d’une armée corrompue 0/300)

Automne

M Syrie

Ok

Armée séleucide en Syrie du stratège Agathocle de Zeugma

Printemps

Défense contre les envahisseurs juifs

Ok

Eté

Défense contre les envahisseurs juifs

Victoire sur Alexandre Jannée

Automne

D2

ok

3.13    Alexandre Jannée, grand prêtre des Juifs

Traité d’amitié avec les rois Tigrane

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Armée asmonéenne de Phénicie sous les ordres d’Alexandre Jannée

Printemps

M Syrie

Défaite contre les séleucides d’Antiochos XII. Retraite en Phénicie

Eté

M Syrie

Seconde défaite contre les séleucides du stratège Agathocle de Zeugma. Retraite

Automne

D0

ok

3.14    Barbares et pirates en maraude

 

L’armée ou la flotte…

Saison

Ordre exécuté par le stratège

L’issue

Pirates taures infestant le Pont Euxin occidental

Printemps

R

Route coupée

Eté

D0

Ok

Automne

D0

Ok

Pirates taures écumant les côtes de Chersonèse Taurique

Printemps

R

Chersonèse taurique ravagée

Eté

D0

Ok

Automne

D0

Ok

Pirates ciliciens à l’affût près du littoral cilicien

Printemps

R

Cilicie ravagée

Eté

D0

Ok

Automne

D0

Ok

Révolte indigène en Heptanomide

Printemps

-

-

Eté

D0

Vaincus et dispersés par Ptolémée XI et ses troupes.

Automne

-

-

4          Paroles royales, honneurs divins, évergétisme et raffinements coûteux

4.1        Alliances et mésalliances

La république de Rhodes est une nouvelle fois déçue par Sylla et retourne dans le camp raffermi de Marius. Aux émissaires marianistes venus apporter des lingots d’étain ibérique (d’une valeur de 320 talents), les magistrats rhodiens expliquent leur retournement par des allusions sibyllines sur des combines sordides auxquelles Sylla aurait voulu les contraindre. Tout l’argent du trésor n’y aurait pas suffit.

 

Même son de cloche à la cour lagide mais cette fois plus explicite ! Ptolémée, furieux de la perte de Chypre, dit à qui veut l’entendre que Lucullus, envoyé de Sylla, était venu pour l’inciter à assassiner le roi Prusias alors que celui-ci n’avait jamais nui à la dynastie ! Décidé à en finir avec les protecteurs romains, Ptolémée donne sa confiance au roi Tigrane d’Arménie. Cette entrée dans l’alliance arménienne lui permettra peut être d’obtenir l’aide d’Alexandre Jannée pour recouvrir les territoires perdus aux Nabatéens. Cette idée fort improbable l’année dernière n’est désormais point exclue car les hostilités contre la Syrie pourrait bien prendre fin !

 

Très sollicité, Antiochos sort en effet de l’alliance parthe qui ne lui a rapporté ces derniers temps que des agressions sans fins et surtout sans profit territorial. Certes, Antiochos ne s’abaisse pas à rejoindre le camp arméno-asmonéen qu’il a tant de fois vaincu. Antiochos choisit le Pont et marie pour l’occasion sa nièce Antigonea à un cousin de Macharès. Ce dernier organise un mariage fastueux et offre au jeune couple un revenu foncier, le tout pour 530 talents.

 

Ces bouleversements diplomatiques vont-ils influencer la politique nabatéenne de Marius? Arétas attend le conseil du consul, son bienfaiteur pour 510 talents.

 

Le roi Prusias soutient toujours les prétentions de Phillipoemen et paye la solde de son armée (520 talents). Beaucoup plus anecdotique, il conserve l’amitié du vieux Sinatruce, qui lui envoie une jarre de dattes fourrées.

4.2        Au théâtre ce soir

Caius Marius est maître de la Grèce, mère de la pensée et des arts. Il serait temps qu’il prouve qu’il est digne d’un tel honneur. Il l’est : A Athènes, il restaure avec faste le théâtre de Dyonisos et décore son proskénion du plus beau marbre de Paros.

Il dispense les acteurs de plusieurs taxes, honore les meilleurs et va jusqu’à leur commander des masques neufs. Les pièces classiques sont désormais jouées en présence d’invités de marque romains et grecs.

5          Le pouvoir par la lance

Dans les satrapies supérieures, on ne parle que du dispersement des troupes ordonnées par Orodès. Alors que la guerre contre l’Arménie, en bonne voie, n’est pas encore terminée, les levées de paysans sédentaires sont renvoyées aux champs et les nomades sont invités à rejoindre leurs steppes et leurs troupeaux. Les contrats des mercenaires ne sont pas renouvelés. Ainsi Ambivalix le galate quittera le service du roi parthe sans avoir eu à combattre. En Carmanie, le vieil Orobaze s’est vu signifié sa retraite ou tout du moins son retour aux missions diplomatiques. Ses performances médiocres dans le siège de Carmana n’y sont peut être pas étrangères. Ceci dit, la véritable cause de cette démobilisation massive reste le tarissement du trésor royal après des années de guerre qui ont ruiné les sujets d’Orodès. Tant mieux pour Sinatruce qui pourra rejoindre Carmana avec la poignée de partisans qui ne l’a pas abandonné.

6          Prévisions de votre diocète pour l’année prochaine

 

Roi(protecteur) CapitaleComptoir principal 

Revenu local, des Mines et de la capitale

Revenu du commerce à l'intérieur du territoire

Céréales & poissons séchés

Huile d'olive, vins, figue, miel

articles de bronzes, verreries, céramique, papyrus, textiles

encens, épices, ébène, ivoire, parfums, soieries

Bois, poix, goudron

Ressources militaires

Provinces contrôlées

dont provinces sinistrées

Orodès

Séleucie du Tigre / idem

1 300

800

1

-2

0

2

1

4

12

1

Macharès

Amaseia / Aucun !!!

1 100

1 200

0

-2

-3

0

-1

0

10

3

Tigrane II

Tigranocerte / Antioche

600

0

0

0

0

-1

0

1

3

1

Ptolémée XI (Tigrane )

? / ?

300

0

4

-2

-1

4

0

0

3

0

Caius Marius

Rome / Tarente

1 200

400

-5

3

2

-3

0

3

7

0

L Cornelius Sylla

Thessalonique / idem

1 800

400

-1

4

-3

-1

2

4

14

2

Prusias III

Nicomédie / Thessalon.

400

400

0

-1

0

0

1

0

3

1

Rhodes (Marius)

Rhodes / idem

300

0

-1

1

0

0

-1

0

1

0

Sinatruce (Prusias III) Carmana / Gerrha

0

0

-1

0

0

0

0

0

1

1

Arétas (Marius)

Pétra / Alexandrie du Nil

700

200

0

-3

2

3

0

0

5

0

Antiochos (Macharès)

Antioche / Antioche

400

0

-1

1

-1

-1

0

1

3

1

Alexandre (Tigrane)

Jérusalem / Pétra

400

0

0

-1

2

-2

1

0

2

0

Phillipoemen (Prusias III)

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

7          Qui est le nouvel Alexandre ?

Orodès et Sylla, vainqueurs cette année de Tigrane et de Prusias, n’ont pas d’autres rivaux dans le monde. Bien que Macharès et Marius puissent se targuer d’avoir un peuple serein et prospère, leur prestige équivaut plus ou moins à celui des deux vaincus de l’heure. Verrons-nous la destruction finale des opposants à Sylla et Orodès ainsi que le maintien des autres souverains dans un modeste statut de Rois-clients des Romains et des Parthes? Ou au contraire, y aura-t-il une tentative de résistance organisée contre les deux géants ? Les peuples de l’oekoumène retiennent leur souffle !

 

Roi

Prestige l’an passé

Céréales & Poissons

Vins, huile d’olive

Artisanat

Encens

 

Désastre ou victoire totale

Victoire sur les Romains

Pertes / Gains territoriaux

Capitale perdue ou (re) prise

Phare de la Culture hellène

Prestige actuel

Orodès I

20

0

+1

0

+1

+1

0

+1

0

0

24

Sylla

19

0

+1

+1

+1

0

 

+2

0

0

24

Macharès

10

0

+1

+1

+1

+1

0

+1

0

0

15

Tigrane II

12

0

+1

+1

0

-1

0

-1

0

0

12

Prusias III

15

0

+1

0

0

-1

0

-3

0

0

12

Marius

3

-1

+1

+1

+1

0

 

0

0

+1

6

Ptolémée XI